Manifeste

Et si nous collaborions ?

Les projets de construction s’enlisent dans un modèle conflictuel qui coûte beaucoup d’argent à tout le monde et engendre des frustrations considérables. Nous devons en sortir.
Nous pouvons en sortir.

Le secteur de la construction se complique parfois démesurément la vie. Si les constructeurs automobiles, les producteurs du secteur de la téléphonie ou pratiquement tous les fabricants, quels qu’ils soient, ont compris depuis déjà des décennies que la collaboration est la clé du succès, les fournisseurs, les entrepreneurs et sous-traitants, les maîtres d’ouvrage, les ingénieurs, les architectes et les bureaux d’étude restent enfermés dans leur cocon défensif. Prêts à pointer le doigt sur les autres à la moindre difficulté et à ouvrir leur parapluie.

Cette attitude coûte du temps, de l’argent et de la tranquillité d’esprit. Elle débouche sur des disputes incessantes entre diverses parties lors des réunions de chantier et sur l’extinction continue de débuts d’incendie. Sur des retards et des suppléments de prix. Nous en sommes au point où celui qui parle de ses projets de construction peut s’attendre invariablement à la question moqueuse de savoir « quel est le véritable planning de ce projet mirifique ? ».

C’est la raison pour laquelle nous démolissons systématiquement tous les murets cloisonnant le processus de construction et permettons à chacun de consulter nos plans et
de participer à la gestion de notre agenda. Nous formons une seule équipe, collaborant avec tous les spécialistes de la construction dont nous avons besoin pour la réalisation d’un projet, du poseur de chape à l’ingénieur de la ventilation, de l’architecte à l’acheteur.

Cela demande quelques adaptations la première fois, nous le comprenons fort bien. Mais gageons que vous ne voudrez plus jamais travailler autrement ?

« Nous permettons à chacun de consulter nos plans et de participer à la gestion de notre agenda. »